Il y a plusieurs façons de nourrir son chien. Toutes ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Mais pour qui veut donner la meilleure alimentation possible à son animal de compagnie, le sujet devient un vrai casse-tête que l'on va essayer de rendre un peu moins complexe.

Les trois principaux types de nourriture :

1) l'alimentation traditionnelle (ou ménagère)

2) le BARF (Biologically Appropriate Raw Food)

3) l'alimentation industrielle


     * croquettes (aliments secs)

     * boîtes (aliments humides)

L'alimentation traditionnelle

Elle se compose généralement de riz ou de pâtes agrémentés de restes de viandes et de légumes cuits.

Cette pratique était très courante il y a quelques décennies de cela, quand les industriels ne s'intéressaient pas ou peu à ce que nos chiens avaient dans leurs gamelles.

Avantage : les aliments donnés à notre chien sont propres à la consommation humaine (ce qui n'est pas toujours le cas dans la nourriture industrielle)

Inconvénients : cela prend du temps à préparer - nécessité d'ajouter des compléments alimentaires - il est difficile d'évaluer les divers apports nécessaires à la bonne santé de votre chien

Le  BARF

On pourrait le traduire par : "nourriture crue biologiquement appropriée".

Il s’agit d’un mode d’alimentation basé sur celui des carnivores vivants à l'état sauvage.

Une alimentation en vogue depuis quelques années, qui se compose de viande ou de poisson cru, d'os charnus, d'abats, de légumes, de fruits...

Mais attention, ce type d'alimentation est très complexe (surtout au début). Un BARF déséquilibré peut entrainer des carences, ou des apports trop importants de certains nutriments. Votre toutou pourra alors rencontrer des problèmes de croissance ou de santé.

Avantages : les bienfaits du BARF peuvent se voir au niveau de la peau et du poil, des dents et des gencives, de la musculature, de la vitalité et de l'endurance

Inconvénients : c'est salissant lors de la préparation - l'approvisionnement est parfois difficile - le stockage demande pas mal de place (car pour un chien qui mange 300 grammes de croquettes par jour, il lui faudra environ 900 grammes de BARF) - confier son chien lorsque l'on part en vacances devient plus compliqué

L'alimentation industrielle

Là, le sujet devient beaucoup plus vaste, mais tout aussi intéressant.

Il faut savoir que ce qui vaut pour les croquettes (fabrication, composition), l'est tout autant pour les boîtes.



De quoi notre chien a-t-il besoin ?

Tout d'abord de protéines animales de bonne qualité, de matières grasses, de fibres, de sels minéraux...

De quoi n'a-t-il pas nécessairement besoin ?

De glucides, bien évidemment !

Mais d'où viennent ces satanés glucides ?

Du riz, du maïs, du blé..., pour les croquettes contenant des céréales.

De la pomme de terre, des pois, des lentilles..., pour celles sans céréale.

Et pourquoi en trouve-t-on malgré tout ? Parce que tous ces ingrédients contiennent de l'amidon, indispensable à la fabrication d'une croquette sèche (c'est ce qui lui permet de ne pas s'effriter).

Nos chiens ne peuvent par conséquent pas échapper aux glucides, tout étant alors une question de pourcentage et de qualité.

Calculer le pourcentage de glucides

Il faut savoir que les fabricants n'ont pas l'obligation de noter le taux de glucides sur leurs étiquettes. Et ils s'en gardent bien pour la grande majorité ! D'autant que la réglementation FEDIAF (Fédération Européenne de l'Industrie des Aliments pour animaux Familiers) n'impose pour les glucides aucun pourcentage maximal. On se doute bien que ceux qui voient dans cette industrie une source de gains considérable, privilégient les céréales ou les légumineuses (moins chères) au détriment de la viande. Heureusement, certaines marques même si elles sont rares, ne considèrent pas l'alimentation de nos animaux comme un simple business.

Le calcul est simple :

On ajoute les pourcentages de protéines, de graisses brutes, de fibres, de cendres (ou minéraux) et d'humidité, et on soustrait ce résultat à 100. On obtient alors le pourcentage de glucides.

Exemple : protéines (22%) + graisses brutes (14%) + fibres (3%) + cendres (8%) + humidité (10%) = 57%

100% - 57% = 43% de glucides




Les pourcentages

Les différents ingrédients inscrits sur les étiquettes, doivent être classés du plus élevé en pourcentage, au moins élevé. Vous comprendrez que les fabricants tiennent à ce que la viande ou le poisson apparaisse en premier dans la composition.

Mais que se passe-t-il si leurs croquettes en contiennent peu ?

On pourra lire par exemple : dinde (35%), maïs, riz, etc..., sans que les autres pourcentages ne soient précisés.

Alors, on est en droit de se demander où sont passés les 65% restants ?

De toute évidence dans les céréales, les pommes de terre, les pois ou les lentilles...

Dans ce cas, pourquoi sont-ils placés après la viande ?

Tout simplement parce que les fabricants ont trouvé la parade : ils déclinent les autres ingrédients de manière à faire baisser leur pourcentage.

Exemple : au lieu d'annoncer maïs (45%) - ce qui le placerait avant la dinde (35%) - ils écrivent : maïs, farine de maïs, gluten de maïs, semoule de maïs. Et le tour est joué !

 

La qualité des aliments

C'est là que ça se complique.

Pour faire simple, nous allons parler de la viande et du poisson contenus dans les croquettes en allant du pire au meilleur.

Ce qu'il vaut mieux éviter :

Les sous-produits d'origine animale ou végétale.
Ce sont en fait des produits impropres à la consommation humaine. 

Ce qui reste un peu flou :

Viande, volaille, poisson. Oui d'accord, mais de quel animal il s'agit ? On n'en sait rien !

Ce qui est acceptable :

Dinde, poulet, agneau, canard, saumon. Bon, c'est un peu plus précis pour ce qui est de l'animal auquel on a à faire, mais on peut trouver mieux.

Ce qui est bien :

Viande de dinde, de poulet, d'agneau, de canard, chair de saumon. Là, on se rapproche du haut du tableau et on est sûr que nos chiens mangent bien de la viande.

Ce qui est parfait (mais rare) :

Coeurs de poulet, foie de porc, jambonneau, viande fraîche de boeuf... Eh oui, ça existe !



Mais vous allez vous dire que si c'est bien ou parfait, c'est que ça doit être cher.

Certes, ça l'est un peu plus que les marques à éviter. Mais que ce soit pour nous ou pour nos chiens, la qualité ça se paie !





La fabrication

C'est également un point important quant à la qualité des croquettes.
Fabrication par extrusion à haute température :
De loin la plus courante. Les aliments après avoir été mélangés, sont chauffés à plus de 100°C, voir parfois jusqu'à 250°C. 
Ensuite on y insuffle de l'air (principe du pop-corn), puis ils sont séchés et tamisés.
Vient la phase d'enrobage où on pulvérise les matières grasses avant de sécher de nouveau les croquettes.
C'est un procédé rapide et par conséquent très rentable économiquement.
Les inconvénients étant que les sources de protéines animales sont dénaturées par la très haute température, et que les vitamines et minéraux naturels contenus dans les ingrédients sont détruits. D'où l'ajout de nombreux additifs.

Fabrication par extrusion à 90°C et basse pression :
Le principe est quasi identique, si ce n'est que la basse température préserve les protéines, les vitamines et les minéraux naturels. Ce procédé permet également d'agglomérer les croquettes avec un taux de glucides bien inférieur à celui que l'on trouve dans les aliments fabriqués à haute température.

Très souvent, les marques qui utilisent ce procédé rajoutent peu ou pas d'additif.

Inconvénient pour le fabricant : la production est plus lente et donc plus coûteuse.



Si après avoir pris connaissance de toutes ces informations vous vous précipitez sur votre sac de croquettes et décidez d'en changer, faites-le par étapes.

Pendant 3 ou 4 jours, incorporez 25% des nouvelles croquettes + 75% des anciennes.
Puis, après encore quelques jours, 50% des nouvelles + 50% des anciennes.
Vérifiez les selles pour voir si la transition se passe bien.
Puis, quelques jours plus tard, 75% des nouvelles + 25% des anciennes.
Passez ensuite à 100% des nouvelles croquettes.


Pour finir, deux tableaux décrivant la composition des croquettes de deux marques bien distinctes.

Maintenant que vous êtes incollable, laquelle préfèreriez-vous donner à votre chien ?

Marques N1 (1.94 €/kg)

Ingrédients :
céréales (blé complet 62 %), viande et sous-produits d'origine animale (8 %), huiles et graisses, sous-produits d'origine végétale, extraits de protéines végétales, minéraux.




Additifs :
vitamine A (19 000 UI/kg), vitamine D3 (1 100 UI/kg), vitamine E (90 UI/kg), sulfate de fer (II) monohydraté (78 mg/kg), iodate de calcium anhydre (1,9 mg/kg), sulfate de cuivre pentahydraté (8,7 mg/kg),sulfate de manganèse monohydraté (5,9 mg/kg), sulfate de zinc monohydraté (110 mg/kg), sélénite de sodium (0,19 mg/kg), vitamines du groupe B (75 mg/kg).



Composants analytiques :
protéines brutes : 21.0 %
graisses brutes : 10.0 %
fibres végétales : 3.5 %
cendres brutes : 8.0 %


humidité : 8.0 %
glucides : 49.5 %
Marque N2(5.83€/kg)

Ingrédients :
viande et poisson frais (30 % de poulet frais, 20 % de poisson frais (Sardina Pilchardus, Scomber scombrus, Trachurus mediterraneus), 15 % de foie frais de poulet, 10 % de viande fraîche de bœuf, 10 % de foie frais de porc, 10 % de dinde fraîche, 5 % de jambonneau), amidon hydrolysé.

Composés comestibles issus de : petit pois, potiron, carotte, patate douce, curcuma, gingembre, pomme, kiwi, poire, myrtille, épinard, fines herbes et graines aromatiques (romarin, thym, origan, cumin, fenouil, carvi), levure de bière, minéraux et complexe de vitamines, taurine, glucosamine, sulfate de chondroïtine.

Additifs :
Le fabricant garantit que cet aliment ne contient aucun additif.

Composants analytiques :
protéines brutes : 34.0 %
graisses brutes : 16.0 %
fibres brutes : 1.5 %
cendres brutes : 8.0 %
humidité : 10.0 %
glucides : 30.5 %